Union départementale Cgt du LOT

Votre force pour l'avenir

IL FAUT EN FINIR AVEC LES RECULS SOCIAUX ! 

Emmanuel Macron vient d’être élu président de la République. Chacun connaît les conditions qui ont conduit à ce résultat au 1er tour et de façon plus évidente au 2nd tour.

Les enquêtes d’opinion à la sortie des urnes comme le taux record d’abstention et de votes blancs ou nuls confirment que cette élection n’est pas un plébiscite à un programme. Pourtant, c’est à ce tour de passe-passe que se livre le Président de la République et son entourage. La nouveauté ne peut se résumer dans l’âge du capitaine ou en essayant de brouiller les cartes sur l’échiquier politique français.

La nomination d’un Premier ministre proche d’Alain Juppé et soutien de François Fillon est symbolique du sens donné à l’action du gouvernement. La composition du gouvernement montre également que les ministres ne sont pas tous des inconnus de la politique.

Maintenant, c’est la casse du code du travail et de la protection sociale qu’Emmanuel Macron compte imposer, à coup d’ordonnances, sous l’injonction de Pierre Gattaz, pendant la période estivale.

Cette méthode ne répond en rien aux attentes, aux besoins, aux aspirations des salariés et du pays. Elle est le moyen de tenter de contourner le débat et de désamorcer les mobilisations.

Il n’y a ni urgence, ni efficacité à poursuivre une politique de déréglementation du marché du travail qui, à l’image du bilan du quinquennat Hollande génère chômage, précarité, explosion des inégalités.

Partout en Europe, ces politiques d’austérité donnent les mêmes résultats et alimentent la montée de l’extrême droite.

Le recyclage des vieilles recettes libérales n’est nullement un signe de modernisme. Ce sont les enseignements que chacune et chacun peut tirer des mobilisations contre la loi travail en 2016. Une loi à laquelle 70% de l’opinion publique et une majorité de syndicats se sont opposés mais qui fut adoptée par un 49-3 à l’assemblée nationale.

La CGT se rendra au rendez-vous avec Emmanuel Macron dès qu’il sera fixé. Mais nous ne ferons pas office d’alibi avec un pseudo dialogue social ou une simple concertation.

Nous nous y rendrons de façon offensive, en portant nos exigences sociales, empreintes de modernité pour toutes et tous.

La CGT demande l’ouverture d’une négociation sociale résolument tournée vers le XXIème siècle portant notamment sur :

la réduction du temps de travail à 32 heures et l’augmentation des salaires et des pensions de retraite ;
le renforcement du droit d’expression des salariés et d’intervention de leurs représentants ; l’amnistie pour les militants syndicaux et le respect des libertés syndicales ;
le renforcement des conventions collectives et le rétablissement de la hiérarchie des normes et du principe de faveur.

Ainsi, la nouvelle proposition de code du travail, produite par le Groupe de Recherche pour un Autre Code du Travail (GR-PACT, universitaires spécialisés en droit de travail) est un premier socle qui démontre qu’il est possible d’allier simplification et renforcement des droits et garanties sociales pour répondre aux enjeux de notre temps.

C’est un nouveau message fort que la CGT veut faire entendre à la veille de nouvelles échéances politiques importantes pour le pays.
Nous sommes conscients que, face aux objectifs du Président de la République et du gouvernement avec le soutien du Medef, une mobilisation du monde du travail, des privés d’emplois, de la jeunesse et des retraités est indispensable. La CGT entend bien y travailler très rapidement dans un cadre syndical le plus unitaire possible.

Sans attendre, la CGT appelle ses organisations à se déployer, partout dans les entreprises, les services et les localités pour débattre avec les salariés, les citoyens et faire partager ses exigences de progrès social.
Elle décide, dès à présent, de faire de la troisième semaine de juin un temps fort d’initiatives et de mobilisations dans l’ensemble des territoires. Elle appelle également à une syndicalisation massive.

télécharger le communiqué

Le Front national n’accèdera pas à la Présidence de la République, c’est une victoire pour la démocratie. La CGT a œuvré à faire barrage à l’extrême droite, c’est le sens de notre engagement historique.
Malgré tout, le score réalisé par le FN est à la hauteur de la désespérance sociale, elle-même la conséquence des renoncements successifs des différents gouvernements à œuvrer véritablement pour la justice sociale. Combattre le Front national, c’est avant tout rompre avec les politiques libérales. C’est dans cette optique que la CGT œuvrera, par la mobilisation sociale, pour imposer d’autres choix, agir pour le progrès social et un monde de paix.
La Direction nationale de la CGT s’exprimera de manière plus approfondie, apportera son analyse politique sur ce scrutin et ses conséquences, à la suite de sa réunion du mercredi 10 mai 2017.

Montreuil, le 7 mai 2017

 Le groupe américain d’électroménager a annoncé en janvier son intention de cesser la production de sèche-linge dans son usine d’Amiens au 1er juin 2018 pour la délocaliser en Pologne. Près de 650 emplois sont directement menacés (290 salariés, 250 intérimaires et une centaine de salariés du sous-traitant Prima).
Les salariés avec leurs syndicats, dont la CGT, continuent de mener la bataille pour que pas un emploi industriel ne quitte le site d’Amiens, au cœur d’une région déjà lourdement frappée par la casse industrielle.
La déclaration de Monsieur Jacques Attali, hier, qualifiant d’« anecdote » le sort des salariés de Whirlpool et leur demandant de « se prendre en main » est proprement scandaleuse.
Tout aussi scandaleux est le médiatique « duel » des candidats orchestré sur le dos de la détresse des salariés.
Les salariés de Whirlpool et d’ailleurs n’ont pas besoin de communication mais d’engagements et de solutions concrètes. Les enjeux de la Présidentielle ne doivent pas occulter la gangrène de la désindustrialisation.
Les discussions doivent se poursuivre avec les syndicats de Whirlpool sur le maintien de la totalité des emplois. Les organisations de la CGT s’y emploient sans relâche.
La désindustrialisation de la France n’est pas inéluctable et ce qui coûte ce n’est pas le travail, ce sont le capital et l’indécente rémunération des actionnaires.
La CGT a lancé une grande campagne sur la reconquête de l’Industrie appuyée sur des propositions concrètes et elle continuera de la porter en grand sur tous les territoires.
Le travail et l’emploi ont été les grands absents de la campagne.
À Whirlpool, bien sûr, mais aussi partout en France, le 1er mai, la CGT continuera de porter haut et fort ses revendications en matière d’emploi, de salaires, de retraites, de protection sociale, de développement industriel et de services publics… jusqu’à satisfaction.

Montreuil, le 27 avril 2017

Pour poursuivre le combat face aux idées nauséabondes de l’extrême droite par l’information des salariés et citoyens et dans une société où le repli sur soi ,la haine de l’autre, l’exclusion et les discriminations sont de plus en plus violents et fréquents, il est urgent de redonner toute sa place à la solidarité, la fraternité et l’égalité.

Retrouvez nos tracts et argumentaires sous forme de fiches thématiques ainsi que trois lien vers des vidéos


Tract


Fiche N° 1     Fiche générale


Fiche N° 2      Travail


Fiche N° 3     Pouvoir d’achat


Fiche N° 4     Monnaie


Fiche N° 5     Ficalité


Fiche N° 6     Fonction Publique


Fiche N° 7     Immigration


Fiche N° 8     Industrie


Fiche N° 9     Protection sociale


Fiche N° 10   Réseaux sociaux

 

- https://www.sfrcloud.sfr.fr/web/app…
- https://www.sfrcloud.sfr.fr/web/app…
- https://www.sfrcloud.sfr.fr/web/app…

Abonnez-vous à notre newsletter

Album Photos

Radio CGT DRANCY